• Youtube
  • LinkedIn Social Icône

© 2020 by AKALLY

                                                      Le peuple Berbère 

                              The berber people

Le mot berbère est dérivé du grec barbaroi et retenu par les Romains dans barbarus, puis récupéré par les Arabes en barbar et enfin par les Français avec berbère. Ce terme désignait avant tout les «gens dont on ne comprend pas la langue», c'est-à-dire les étrangers.  Par extension, le mot a signifié «sauvage» ou «non-civilisé». C'est pourquoi les Berbères se désignent eux-mêmes par le terme Imazighen (au pluriel); au singulier, c'est le terme Amazigh qui est employé. Le mot tamazight désigne leur langue (berbère), mais on écrit aussi «langue amazighe»; le mot Tamazgha désigne le territoire auquel ils appartiennent (la Berbérie). Le mot Amazigh signifie «homme noble» ou «homme libre». 

La langue berbère regroupe un ensemble d'idiomes répartis de façon discontinue dans toute l'Afrique du Nord, allant de l'est de l'Égypte au littoral marocain en passant par la Libye, la Tunisie, le Niger, l'Algérie, le Mali et la Mauritanie. La principale caractéristique du berbère est le morcellement de la langue en un grand nombre de parlers distincts. Le berbère n'est donc pas une langue uniformisée pour plusieurs raisons dont les suivantes :

1) Les berbérophones sont répartis dans de vastes étendues géographiques morcelées entre elles, sans contact.

2) Au point de vue historique, les Berbères ont dû subir de multiples invasions qui les ont dispersés dans des États différents.

3) Les Berbères n'ont jamais pu constitué d'État berbère depuis la conquête arabe au Maghreb. 

4) À l'intérieur même d'un pays, les berbérophones ne sont que rarement regroupés sur un territoire continu; au contraire, ils constituent généralement des communautés isolées les unes des autres, sans contact.

Pour toutes ces raisons, le berbère est morcelé en différentes variétés, voire des langues quasi différentes. Dans chaque pays, le berbère est influencé par des emprunts et des tournures du pays de résidence: l'arabe algérien en Algérie, l'arabe marocain au Maroc, l'arabe tunisien en Tunisie, l'arabe libyen en Lybie, etc. Il n'y a donc pas de variété berbère standardisée.

On trouve des Berbères dans plusieurs pays du nord de l'Afrique, mais aussi en Égypte et aux îles Canaries, sans oublier les pays d'accueil que sont la France, les États-Unis, le Canada, etc. En fait, les berbérophones sont présents dans une douzaine de pays couvrant près de cinq millions de kilomètres carrés et comptant près de 40 millions de locuteurs. Toutefois, en raison de l'absence de recensements linguistiques fiables, il est difficile d'évaluer le nombre exact des locuteurs des langues berbères pour chacun des pays.

The word Berber is derived from the Greek barbaroi and retained by the Romans in barbarus, then recovered by the Arabs in barbar and finally by the French with Berber. This term meant above all "people whose language is not understood", that is, foreigners. By extension, the word has meant "wild" or "uncivilized". This is why the Berbers refer to themselves by the term Imazighen (plural); in the singular, the term Amazigh is used. The word Tamazight designates their language (Berber), but one also writes "Amazigh language"; the word Tamazgha designates the territory to which they belong (Berberia). The word Amazigh means "noble man" or "free man".

The Berber language gathers a set of idioms distributed in a discontinuous way throughout North Africa, going from the east of Egypt to the Moroccan coast while passing by Libya, Tunisia, Niger, Algeria, the Mali and Mauritania. The main characteristic of Berber is the fragmentation of the language into a large number of distinct dialects. Berber is therefore not a standardized language for several reasons, including the following: 1) The Berberophones are distributed in vast geographical areas divided between them, without contact.

2) From the historical point of view, the Berbers have had to undergo multiple invasions which scattered them in different states. 3) The Berbers have never been able to constitute a Berber state since the Arab conquest in the Maghreb. 4) Even within a country, Berber speakers are only rarely grouped in a continuous territory; on the contrary, they generally constitute communities isolated from each other, without contact. For all these reasons, Berber is divided into different varieties, even almost different languages. In each country, Berber is influenced by loans and turns of the country of residence: Algerian Arabic in Algeria, Moroccan Arabic in Morocco, Tunisian Arabic in Tunisia, Libyan Arabian in Libya, etc. There is no standardized Berber variety.

​There are Berbers in several countries of northern Africa, but also in Egypt and the Canary Islands, not to mention the host countries that are France, the United States, Canada, etc. In fact, Berber speakers are present in a dozen countries covering almost five million square kilometers and counting nearly 40 million speakers. However, due to the lack of reliable language censuses, it is difficult to estimate the exact number of speakers of Berber languages ​​for each country.